Thor Heyerdahl

Thor Heyerdahl est l’un des plus célèbres aventuriers de l’histoire. En 1947, il fit la traversée de l’Océan Pacifique sur le radeau Kon-Tiki en bois de balsa. Ce fut sa première expédition filmée et pour laquelle il reçut en 1951 l’Oscar du meilleur film documentaire (Academy Award for best documentary). Plus tard, il accomplit des exploits similaires avec les bateaux en roseaux Ra, Ra II et Tigris grâce auxquels il devint le fervent défenseur de l’environnement et de la paix mondiale. Il dirigea également une vaste campagne de fouilles archéologiques sur les îles Galapagos, sur l’île de Pâques et à Tucume. Le Musée du Kon-Tiki expose des objets des célèbres expéditions d’Heyerdahl, la version originale du radeau Kon-Tiki et le bateau en papyrus Ra II.

Naissance

6 octobre 1914, Larvik, Norvège

Décès

18 avril 2002, Colla Micheri, Italie

Profession

Ethnologue, archéologue expérimental et auteur

Conjoints

Liv Coucheron Torp (1936–1947)
Yvonne Dedekam-Simonsen (1949–1969)
Jacqueline Beer (1991–2002)

Enfants

Thor jr. et Bjørn (avec Liv)
Anette, Marian et Helen Elisabeth (Bettina) (avec Yvonne)

Membre de

Académie des Sciences et des Lettres de Norvège (1958); New York Academy of Science (1960); American Anthropological Association (1966); Membre honoraire Société norvégienne de géographie (1953); Membre honoraire Geographical Society of Peru (1953); Membre honoraire Geographical Society of Brazil (1954); Membre honoraire La Société Royale de Géographie d’Anvers, Belgique (1954); Membre honoraire USSR Geographical Society, Moscow, Russie (1964); Membre honoraire Bulgarica Geographica Societas, Sofia, Bulgarie (1972); Explorers Club, New York (1942); World Wildlife Foundation; Green Cross (membre fondateur); Worldview International Foundation (membre fondateur); World Federalist Movement

Certaines distinctions

Doctorat honorifique Université d’Oslo (1961); Doctorat honorifique Moscow State University (1989); Doctorat honorifique University of San Martin (1991); Doctorat honorifique Pacific Lutheran University (1998); Doctorat honorifique University of Maine (1998); Doctorat honorifique Latvian Academy of Science (1998); Doctorat honorifique Western University (2011); Médaille Anders Retzius (1950) et Médaille Vega (1962), The Swedish Society for Anthropology and Geography; Prix Bonaparte- Médaille Wyse, Geographical Society (1951); Médaille Mungo Park, Royal Scottish Geographical Society (1951); Médaille Lomonosov, Moscow State University (1962); Royal Geographic Society Patron’s Medal (1964); Bjug Harstad Distinguished Service Award, Pacific Lutheran University (1965); Bradford Washburn Award, Boston Museum of Science (1982); Prix Fridtjof Nansens our l’excellence en recherche (1985); Austrian Decoration of Honor for Science and Art (2000); International Prize, Spanish Geographical Society (1998); Médaille de l’Explorers Club (1979); St. Hallvard-Medaljen, Oslo (1997); Grande Croix de l’Ordre de St. Olav (1987); Oficial de la orden Al Mérito por Servicios Distinguidos, Pérou (1952); Grand Officier, Order of Distinguished Merit (1965); Chevalier de l’Ordre du Mérite, Egypte (1971); Grand Officier de l’Ordre de Ouissam Alaouite, Maroc (1971); Médaille Aleko Konstantinov (1972); Chevalier de l’Arche d’or (1976); Prix ambassadeur de la paix, ONU/FAO (1976); Prix International Pahlavi pour l’Environnement, ONU (1978); Golden Blume von Rhydt (1981)

Thor Heyerdahl est né le 6 octobre 1914 à Larvik où il grandit également. Son père, Thor, était brasseur. Sa mère, Alison, était présidente de l’association des musées de Larvik et de la région. Ce fut elle qui inspira son fils à s’intéresser avec passion aux animaux et aux sciences naturelles. Durant un temps, il eut même son propre musée zoologique dans les anciens locaux de la brasserie de son père. Thor était doué pour le dessin, et, à huit ans, il réalisait déjà des dessins fantaisistes d’îles tropicales. Il avait décidé de devenir explorateur.

Durant l’adolescence, Thor Heyerdahl s’intéressa au cross, et dans le même temps aux randonnées en forêt. Par la suite, il y eu de nombreuses randonnées en montagne dans le sud et le centre de la Norvège, où il apprit à vivre de et dans la nature avec peu de moyens. Heyerdahl et son ami Erik Hesselberg partaient pour de longues randonnées au court desquelless ils exploraient ce qui est aujourd’hui le parc national de Rondane ainsi que le massif de Jotunheimen, où ils dormaient à la belle étoile ou dans des trous à neige. Durant ces randonnées, Heyerdahl était toujours accompagné de Kazan, son chien du Groenland.

Ces randonnées furent racontées dans des articles publiés dans le journal Tidens Tegn (N.d.T : quotidien paraissant à Oslo, à l’époque le deuxième plus lu du pays) et différentes publications. Les articles étaient en général illustrés avec des photographies ou dessins de Heyerdahl. Plus tard, il écrivit également des articles plus pédagogiques, comme « Comment construire un igloo ». Cela servit à Heyerdahl d’entraînement à la diffusion de ses activités, mais lui permit également d’intégrer le milieu des amateurs de nature.

Après avoir passé son baccalauréat en 1933, Heyerdahl commença à étudier la zoologie et la géographie et la géographie à l’Université d’Oslo. Il y fit la connaissance de Bjarne Kroepelien, qui avait voyagé en Polynésie durant la Première Guerre Mondiale. À Tahiti, Kroepelien s’était fiancé à Tuimata, l’une des filles du chef Teriieroo. En 1918, la grippe espagnole arriva à Tahiti et la moitié des habitants de l’île y succombèrent, dont Tuimata. En souvenir d’elle, Kroepelien légua sa célèbre « bibliothèque polynésienne » à l’Université d’Oslo. L’accès à cette bibliothèque et l’amitié de Kroepelien avec le chef Teriieroo auront une grande importance dans la vie et la carrière de Heyerdahl.

Citoyen du Monde

Tous les Hommes sont égaux. Nous rencontrons tous les mêmes défis pratiques. C’était l’un des principes fondamentaux de Thor Heyerdahl en ce qui concerne la vie humaine. Il pensait que les gens pouvaient travailler et vivre ensemble au delà des frontières ethniques, politiques et religieuses.

C’est spécialement de la fin des années 1950 au début des années 1990 que Heyerdahl commença son engagement pacifique global. Il en appela à certaines des plus hautes autorités et les plus puissants politiciens de plusieurs pays, parmi lesquels Andrej Gromyko et John F. Kennedy.

Heyerdahl trouva un écho à ses valeurs dans le Mouvement fédéraliste mondial (World Federalist Movement), dont il devint rapidement un membre engagé. Le Mouvement fédéraliste mondial est une organisation travaillant pour la paix, la coopération au delà des frontières et pour un monde bâtit sur le droit international. Heyerdahl devint après quelque temps vice-président d’honneur de l’organisation.

Heyerdahl s’engagea également dans le travail des United World Colleges. L’organisation gère plusieurs lycées autour du monde, où des jeunes de différents pays habitent et étudient. L’organisation fut fondée durant la Guerre Froide, et l’idée était que de telles écoles pourraient stimuler des jeunes gens, avec des héritages culturels différents, à apprendre les uns des autres.

 

 

Écologiste

Durant la traversée du Ra, Heyerdahl se rendit compte que l’océan Atlantique était pollué. L’équipage trouva des flaques de pétrole plus ou moins grandes, et leur découverte a été portée à la connaissance de l’ONU (L’Organisation des Nations Unies). Durant le voyage de Ra II, le secrétaire général de l’ONU demanda à Heyerdahl de faire des observations quotidiennes de la pollution océanique. Des résidus de pétrole furent observés 43 des 57 jours que dura la traversée.

L’équipage lança un message au secrétaire général de l’ONU U Thant, et la pollution aux hydrocarbures des océans mondiaux reçu beaucoup d’attention, particulièrement dans les médias américains. Thor Heyerdahl fut convoqué pour une audience au Congrès américain. Il a également travaillé pour le Ministère des Affaires Étrangères comme l’un des représentants de la Norvège dans les réunions de préparation de la première conférence environnementale à Stockholm en 1972. La conférence a adopté entre autre une interdiction de la décharge de pétrole usagé en haute mer – une conséquence directe de l’appel que l’équipage international avait envoyé du bateau Ra alors qu’il prenait l‘eau.

Thor Heyerdahl ne cessa jamais de travailler pour un meilleur environnement, spécialement contre la pollution des océans, auxquels ils se référait toujours comme « l’océan mondial » car ils sont tous liés.

 

Dessin de Thor Heyerdahl, 1946

Artiste

Le côté artistique de Thor Heyerdahl est méconnu de beaucoup. Il s’intéressait à la Préhistoire, l’anthropologie et l‘archéologie – et cela se ressent dans les livres, films et dessins qu’il réalisait.

Comme tous les enfants, Heyerdahl dessinait et peignait beaucoup. Les textes des randonnées de jeunesse de Heyerdahl dans les forêts et montagnes furent publiés dans des journaux et magazines, souvent accompagnés de ses propres dessins humoristiques. Durant son voyage dans le Pacifique avec sa femme Liv, entre 1937 et 1938, il réalisa des caricatures basées sur leurs expériences. Par la suite, et jusqu’à l’expédition Kon-Tiki, ses dessins furent plus caractérisés par une critique de la société, particulièrement la vision que l’on a des autres races, notre confiance aveugle dans le progrès et la politique mondiale de répartition des richesses. Il ajoutait volontiers des commentaires ou légendes à ses dessins.

La menuiserie était un autre centre d’intérêt qui resta chez Thor Heyerdahl tout au long de sa vie. Déjà très tôt dans son adolescence, il montra un talent pour cet artisanat. Il existe un fantastique petit tableau d’une île tropicale, gravé sur le couvercle d’un coffre, que Heyerdahl réalisa dans son adolescence.

Durant ses vieux jours, Heyerdahl tailla deux têtes de Kon-Tiki sur les immenses portes d’entrée de la Casa Kon-Tiki, la maison de Heyerdahl à Túcume au Pérou.

Passion transmission

Une grande partie de sa vie, Thor Heyerdahl la passa derrière un bureau, soit chez lui à écrire ou dans des bibliothèques à travers le monde à la recherche de nouvelles connaissances. Au cours de sa vie, il publia de nombreux livres et plus de cinquante articles scientifiques. Thor Heyerdahl était doué pour remettre en question la science – pour poser des questions inattendues qui bousculaient des vérités établies. Il n’avait pas toujours raison, mais sans questionnement il ne peut exister aucune science. Plusieurs des questions que Thor Heyerdahl posait font encore aujourd’hui l’objet de recherches.

La plupart des gens se souviennent de Thor Heyerdahl comme d’un homme qui savait transmettre. Pouvoir engager les gens dans des discussions autour d’un thème était son talent naturel. Il voulait toujours transmettre ses expériences et devint un maître en la matière, à travers ses livres, films, photographies et conférences.

Heyerdahl écrivit quatorze ouvrages de vulgarisation scientifique. Beaucoup de ces livres furent traduits dans de nombreuses langues et vendus à de très nombreux exemplaires. Le livre L’Expédition du « Kon-Tiki » (1948) fut traduit dans plus de 70 langues et vendu à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires – ce qui en fait l’un des livres les plus vendus par un auteur norvégien.

Thor Heyerdahl a également réalisé des films sur la plupart de ses expéditions. En 1950 sorti le documentaire Kon-Tiki, qui remporta un Oscar l’année suivante. Les films reçurent un grand accueil, et contribuèrent à diffuser les idées de Heyerdahl à un plus large publique.